Isyanho

Staff
  • Compteur de contenus

    806
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    104

Isyanho a gagné pour la dernière fois le 20 mars

Isyanho était le contributeur le plus populaire !

À propos de Isyanho

  • Rang
    Œil de Lynx

Informations de profil

  • Sexe
    Masculin
  • Pays
  • Plateforme(s)
    PS5
    PS4
  • GTA favori
    GTA Vice City

Visiteurs récents du profil

11 939 visualisations du profil
  1. Fin février, le journaliste Jason Schreier, dans un article pour Bloomberg, partageait un e-mail interne de Rockstar Games où Jennifer Kolbe, la responsable de l'édition, demandait aux employés de revenir à plein temps au bureau à partir d'avril, pour des mesures de sécurité et de productivité concernant le développement de Grand Theft Auto VI, récemment entré dans les dernières étapes de sa production. Kotaku vient justement de compléter cette information en indiquant que, selon ses sources, une sortie pour « début 2025 », plus précisément printemps 2025, serait actuellement l'objectif. Cependant, le média américain ajoute que le développement aurait commencé à « prendre du retard » et qu'il s'agirait d'une des raisons ayant poussé les dirigeants de la compagnie, « nerveux et inquiets », à arrêter le télétravail. Aussi, bien qu'une sortie au premier semestre 2025 soit toujours espérée, certaines sources ont indiqué qu'elles n'étaient pas sûres que cela se produise et qu'un lancement à l'automne 2025 semblait plus plausible et réalisable. Un point a commencé à faire couler beaucoup d'encre sur les réseaux sociaux : Kotaku indique en effet qu'un éventuel report du jeu pour 2026 a été évoqué. Cependant, comme le précise le média, cette solution serait envisagée comme un « plan de repli » ou une option « d'urgence », si la suite du développement de GTA VI le nécessitait vraiment. Parmi toutes les réactions à cet article, Tom Henderson, insider réputé pour ses informations vidéoludiques et fondateur d'Insider Gaming, indique : « Je ne sais même pas quoi penser de l'article de Kotaku sur GTA 6... Aucune information n'est nouvelle et il semble qu'il s'agisse simplement d'essayer de tourner autour du pot par rapport aux propos de Bloomberg. » À ce stade, il est évidemment difficile de savoir si le jeu sortira à la période prévue par le label new-yorkais tant les plans semblent constamment évolués. Cependant, il est certain que la compagnie de Sam Houser n'hésitera pas à repousser le jeu si nécessaire afin d'offrir une expérience à la hauteur des attentes de l'industrie et surtout des joueurs, plus impatients que jamais de pouvoir remettre les pieds dans la ville de Vice City et ses alentours. Comme évoqué par le passé, le fait que seule l'année de sortie a été mentionnée officiellement pour le moment permettrait à Rockstar de repousser le jeu de quelques semaines/mois par rapport à ce qui était envisagé en interne, sans que cela soit visible de l'extérieur. La deuxième bande-annonce pourrait sans doute nous permettre d'avoir une période un peu plus précise pour le lancement envisagé du prochain opus, comme cela a été le cas pour Grand Theft Auto V (bien que, encore une fois, un report par la suite reste possible, comme pour les précédents jeux). Liens : Kotaku et Tom Henderson
  2. Un mois jour pour jours après The Lost and Damned, c'est au tour d'un autre jeu de l'univers HD de la série Grand Theft Auto de fêter ses 15 ans : Chinatown Wars. Sorti le 17 mars 2009 sur Nintendo DS en Amérique du nord (le 20 mars en Europe), avant d'être porté dans les mois et années suivantes sur PSP puis les supports iOS et Android, ce treizième opus de la saga phare de Rockstar Games permet de conclure (chronologiquement) les tribulations des joueurs dans le Liberty City version HD ainsi que de renouer avec les bases de la franchise tout en apportant de nouveaux éléments de gameplay. ENTRE RETOUR AUX SOURCES ET MODERNISATION Alors que Grand Theft Auto IV marquait un changement majeur aussi bien dans la série initiée en 1997 que pour le label new-yorkais, que ce soit au niveau du ton que de l'environnement, et alors que les joueurs découvraient de nouvelles facettes de la ville de Liberty City et du scénario principal avec des extensions, Rockstar North et Rockstar Leeds s'attelèrent à la réalisation d'un nouveau jeu sur console portable. Annoncé pour la première fois le 15 juillet 2008 lors de la conférence de presse de Nintendo à l'E3 comme une exclusivité de la DS, le jeu marque ainsi le retour de la série sur une console du géant nippon après GTA premier du nom, GTA 2 et GTA Advance, sortis sur Game Boy Color et Game Boy Advance. Situé un an après les histoires parallèles de Niko Bellic, Johnny Klebbitz et Luis Lopez, Chinatown Wars propose au joueur d'incarner Huang Lee, un jeune chinois venu dans la mégalopole américaine pour venger la mort de son père, chef de triade, et remettre à son oncle, Wu Lee dit Kenny, le sabre Yu Jian, devant rester aux mains du chef de famille. Hélas, tout ne se passe pas comme prévu et, à peine après avoir mis les pieds sur le tarmac de l'aéroport Francis International, Huang est laissé pour mort et l'artefact volé. Il devra donc faire la lumière sur toute cette histoire et retrouver aussi bien le sabre que l'assassin de son paternel. Les joueurs retrouvent ainsi une version cubique de la carte de GTA IV, amputée de l'État d'Alderney, et des cinématiques sans dialogues parlés, en raison des limites de la console portable ; il est à noter que l'ensemble des sons du jeu (des véhicules aux armes, en passant par le menu) sont repris de l'univers 3D. Différent de ses prédécesseurs, Chinatown Wars propose une nouvelle vue, à mi-chemin entre la vue à la troisième personne des univers 3D et HD et la vue en contre-plongée des premiers jeux en 2D, et dont la caméra peut se tourner durant les phases d'action. Le jeu exploite par ailleurs pleinement l'écran tactile de la Nintendo DS, au point où quasiment chaque action du personnage fait l'objet d'un mini-jeu, renforçant l'immersion par la même occasion : trafiquer le démarreur d'une voiture, remplir d'essence des cocktails Molotov, briser une vitre, désarmer une bombe, monter un fusil de précision, court-circuiter un digicode, etc. L'indice de recherche se veut également plus intuitif ; pour échapper aux forces de l'ordre, le joueur ne doit plus fuir une certaine zone mais mettre hors d'état de nuire les véhicules de ses poursuivants. Précurseur, et à l'image de ce pourra être le smartphone et Internet dans Grand Theft Auto V et GTA Online, le PDA du protagoniste permet également aux joueurs de faire quasiment tout depuis l'appareil : de la communication par e-mail avec les personnages pour déclencher des missions à l'achat d'armes sur le site d'Ammu-Nation, en passant par la carte, les stations de radio et, point important du jeu, le trafic de drogue. Bénéficiant d'un mode multijoueur avec la fonction wi-fi local de la console, le jeu fait également la part belle au Rockstar Games Social Club naissant, permettant ainsi d'enregistrer les statistiques en ligne mais également discuter, échanger des objets, découvrir des mini-jeux ou des maquettes en papier, et même de télécharger de nouvelles missions. UNE DOSE... DE POLÉMIQUE Si les stupéfiants ont toujours été en toile de fond dans les différents GTA, ils ont ici une place principal dans le jeu (au point d'être visible dans l'introduction du jeu), le joueur étant amené à gérer un véritable trafic de drogue. Muni de son PDA et de son sac, il doit ainsi acheter et revendre six types de produits (cocaïne, ectasie, héroïne, LSD, marijuana et médicaments) aux gangs des quatre coins de Liberty City, en veillant à en tirer des bénéfices suivant l'évolution du marché, en fonction de la zone et du nombre de services rendus, mais en évitant également les raids de la police lors d'un deal pour ne pas perdre toute la marchandise. Fidèle à ses prédécesseurs, GTA: Chinatown Wars attire avec lui la controverse. Le jeu de Rockstar Games vient en effet casser l'image de « jeux pour enfants » propre à Nintendo avec son ton sulfureux et en particulier ce mini-jeu. Comme pour désarmer les polémiques en approche, Dan Houser déclare quelques mois avant la sortie du jeu, en septembre 2008 : « Personne n’était en désaccord avec la décision très claire de Sam [Houser], selon laquelle GTA doit être classé M [Mature]. On ne peut pas l’atténuer pour le rendre plus convivial pour les familles - ce n’est pas le type de jeu que nous faisons. Nous n’avons jamais mal fait en restant fidèles à nos armes. Nintendo voulait que nous fassions GTA et nous voulions créer un jeu sur leur plateforme. Ils ne voulaient pas que nous fassions un GTA pour les enfants et nous n’avions pas envie de faire un jeu que nous ne ferions pas normalement ». DÉCLINAISONS D'UN MONDE AU CREUX DE LA MAIN Malgré des critiques conquises, le public du géant nippon reste assez réticent et les chiffres de vente, faibles en comparaison avec les autres opus de la franchise, s'en font ressentir. Pour limiter la casse, Rockstar décide alors de porter son jeu sur une autre console nomade qui avait fait ses marques avec Liberty City Stories et Vice City Stories : la PlayStation Portable. Munie de quelques nouvelles missions, la version de la console de Sony, sortie en octobre 2009, voit notamment ses graphismes améliorés et des actions contextuelles remplacées les actions tactiles pour s'adapter au mieux au seul écran et aux commandes de la plateforme. Chinatown Wars débarque également sur iPhone et iPod Touch en janvier 2010, puis sur iPad en septembre 2010. À un prix largement inférieur aux jeux de consoles portables, la version iOS du jeu se rapproche graphiquement de celle de la Nintendo DS (bien qu'avec des couleurs et textures améliorées) et permet le retour des actions sur écran tactile, tout en bénéficiant par le biais d'une mise à jour des nouvelles stations de radio de la version PSP, en plus d'une radio personnalisable (Independence FM de GTA IV). Il faudra attendre décembre 2014 avant que les possesseurs d'appareils tournant sous Android puissent également découvrir les aventures de Huang Lee. Si l'échec commercial de GTA: Chinatown Wars semblait marquer un coup d'arrêt des productions de Rockstar Games sur plateformes nomades, et les consoles de Nintendo en particulier, l'éditeur et développeur continuera d'essayer de s'implanter dans le marché des mobiles et tablettes en proposant à partir de 2011 des versions retravaillées de ses principaux jeux sur iOS et Android (GTA, Max Payne, Bully), avec une interface similaire, ainsi qu'un portage en 2017 de L.A. Noire sur la nouvelle console hybride japonaise, la Switch. La plateforme de Nintendo accueillera d'ailleurs à nouveau la série Grand Theft Auto en novembre 2021 avec GTA: The Trilogy – The Definitive Edition, la compilation regroupant les versions remasterisées de Grand Theft Auto III, Vice City et San Andreas. Chinatown Wars fera à nouveau parler de lui en octobre dernier, en intégrant les jeux classiques de Rockstar pouvant être téléchargés et joués, pour ses versions iOS et Android, parmi les avantages de l'abonnement premium GTA+. GRAND THEFT AUTO: CHINATOWN WARS EN BREF 1 an de développement 3 millions d'exemplaires vendus 4 types de plateformes accueillant le jeu : 2 consoles de jeux vidéo portables et 2 types d'appareils mobiles ou tablettes 93 sur Metacritic 1 villes, 4 arrondissements et 6 îles 33 personnages Près de 1h20 de cinématiques 66 véhicules 24 armes 11 stations de radio, dont 6 exclusives aux versions PSP, iOS et Android (plus 1 personnalisable sur mobile et tablette) ; 48 morceaux sur Nintendo DS et 103 titres sur les autres versions 65 missions principales, dont 5 exclusives à la version PSP et 2 téléchargeables via le RGSC 14 rencontres aléatoires 9 petits boulots 12 types de contre-la-montre 3 types de courses 30 carnages 100 caméras de surveillance 30 sauts uniques 8 trophées en jeu 20 codes de triche dont 4 exclusifs aux versions iOS et Android du jeu Mashup des thèmes de Rudy et Hsin de GTA: Chinatown Wars par 1DERER Et vous, quels souvenirs gardez-vous de Grand Theft Auto: Chinatown Wars ? Quelle mission vous a le plus marqué ? Quels éléments propres à cet opus souhaiteriez-vous revoir dans un futur GTA ? Souhaitez-vous à nouveau un jeu de Rockstar Games exclusif aux consoles portables, mobiles et tablettes ? N'hésitez pas à nous donner votre avis dans les commentaires et à partager vos expériences en rejoignant la communauté GTA Network France sur Twitter/X, Facebook et Discord. Dossier d'origine rédigé par KevFB (2019).
  3. C'est peu de le dire, Grand Theft Auto VI a encore beaucoup de choses à nous apprendre après la publication de sa toute première bande-annonce le 5 décembre dernier. Alors que la vidéo s'approche doucement - mais sûrement - des 200 millions de vues sur YouTube et que de nouvelles informations officielles autour du titre se font attendre, nous en apprenons plus le fonctionnement interne de Rockstar Games et le développement du jeu grâce à un article de Bloomberg par Jason Schreier (qui a notamment parlé du développement dès avril 2020, donné plus d'informations sur le jeu en juillet 2022 avant de dévoiler avant tout le monde l'annonce officielle à venir du premier trailer en novembre dernier). Dans un e-mail envoyé ce mercredi 28 février par la direction, relayé donc par le journaliste, la compagnie de Sam Houser demande à ses employés - qui sont notamment en télétravail depuis la pandémie de Covid-19 - de retourner au bureau cinq jours par semaine à partir du mois d'avril, dans la mesure où le jeu entre dans les dernières étapes de son développement. Pour Jennifer Kolbe, la responsable de l'édition chez Rockstar, cette décision fait sens et a été prise pour des raisons de productivité et de sécurité. Selon elle, l'entreprise y a également trouvé des « avantages tangibles » : « En effectuant ces changements, nous sommes désormais dans la meilleure position pour proposer le prochain Grand Theft Auto au niveau de la qualité et de la finition que nous savons qu'il requiert ainsi qu'une feuille de route de publication qui correspond à l'ampleur et à l'ambition du jeu. » Après les fuites majeures de septembre 2022 et celle ayant concerné le trailer 1 notamment, le label new-yorkais semble vouloir prendre toutes les précautions pour ne pas rater la promotion et la sortie du jeu le plus ambitieux de la franchise et le plus attendu de toute l'industrie vidéoludique. Quant à la période de sortie retenue, tout reste possible à ce stade. Le prochain opus pourrait ainsi sortir encore durant la première partie de l'année 2025 (bien que Take-Two parle maintenant de l'année civile dans son ensemble) même si le studio n'hésitera évidemment pas à reporter son jeu de quelques mois si besoin, comme cela a été le cas pour ses précédentes productions. Les prochaines informations et images officielles, et surtout la deuxième bande-annonce, devraient nous apporter davantage de réponses à ce niveau-là dans les semaines ou mois à venir. Lien : Bloomberg
  4. Annoncé en avril 2022 et né d'une nouvelle collaboration entre Remedy et Rockstar Games, le remake du premier Max Payne et de Max Payne 2: The Fall of Max Payne est toujours en développement actif et devrait nous faire patienter quelques années de plus avant d'être disponible sur les différentes plateformes actuelles. En novembre dernier, dans un communiqué de Remedy à ses investisseurs, le studio finlandais indiquait que le projet est en bonne voie pour passer du concept à la production : « Le remake de Max Payne 1&2 est entré dans la phase de préparation de la production. Le style et la portée du jeu ont été clarifiés et l’équipe qui y travaille est exceptionnellement bien organisée. Grâce à ces réalisations, nous sommes très enthousiastes quant au projet et à son succès futur ». Dans une interview accordé à VGC, au moment de la sortie du jeu Alan Wake 2, Sam Lake (créateur emblématique de la saga) confirmait également qu'il s'agissait d'un projet de grande ampleur : « C'est un projet d'envergure dans le sens où, même s'il s'agit de vieux jeux, rien que l'idée de les mettre à jour selon les normes actuelles et de les combiner en un seul, nous pouvons voir que c'est un très gros projet. » Suite au succès de son dernier titre, le studio a récemment déclaré dans un communiqué de presse : « Condor, Control 2 et le remake de Max Payne 1&2 ont tous accéléré leur rythme de développement grâce au personnel libéré par Alan Wake 2, et nous prévoyons que ces projets atteindront leurs prochaines étapes de développement au cours du premier semestre 2024. » En attendant la nouvelle présentation de Remedy sur ses résultats financiers le 20 mars prochain, c'est sur les réseaux sociaux que l'entreprise a décidé de partager deux photos de son studio en Finlande, décoré pour l'occasion et affichant un tout nouvel artwork inspiré des oeuvres originales de la saga.     Vous remarquerez par ailleurs la présence de la tour One World Trade Center en arrière-plan, inaugurée en 2014 à New York, indiquant potentiellement que le jeu se déroulera dans une époque plus moderne, contrairement aux jeux originaux qui se situaient entre 2001 et 2004 (les tours jumelles du WTC étaient d'ailleurs visibles dans la version PC du premier jeu avant d'être retirées des versions consoles quelques mois plus tard, à la suite des attentats du 11-Septembre).   Rien ne permet de dire également de dire quel visage sera retenu par Remedy pour le protagoniste. Si l'artwork ne semble pas reprendre les traits de Sam Lake (qui avait prêté son physique au policier new-yorkais dans le premier jeu), le studio pourrait s'orienter vers le visage de Timothy Gibbs (utilisé pour Max Payne 2) ou bien James McCaffrey (performance capture dans Max Payne 3 et surtout voix du personnage dans tous les jeux). Le choix de McCaffrey serait d'ailleurs symbolique, après son décès en décembre dernier.   Liens : Remedy Entertainment, VGC et @remedygames (Instagram)
  5. Le 17 février 2009, Grand Theft Auto: The Lost And Damned, la première extension de Grand Theft Auto IV, débarquait en exclusivité (temporaire) sur Xbox 360. Développé par Rockstar North, le jeu fait parler de lui pour la première fois le 9 mai 2006 lors de la conférence de Microsoft à l'E3. Le contenu téléchargeable est annoncé comme une exclusivité Xbox 360 (Microsoft ayant déboursé pas moins de 50 millions de dollars pour qu'elle ne sorte pas sur d'autres plateformes) avant de sortir un peu moins d'un an après le lancement du jeu principal. Cette extension sortira plus tard dans une compilation contenant les contenus supplémentaires de GTA IV (l'autre extension étant The Ballad Of Gay Tony) intitulé Episodes From Liberty City, le 29 octobre 2009, toujours en exclusivité sur la console de salon de Microsoft. Le 29 janvier 2010, Rockstar Games annonce que les deux extensions de Grand Theft Auto IV seront disponibles sur toutes les plateformes (soit également les Playstation 3 et PC) le 30 mars de la même année. Cependant, en raison d'un problème de dernière minute, la date de sortie a dû être reportée de quelques semaines : le jeu sortira donc sur PS3 et sur PC le 13 avril aux Etats-Unis et le 16 avril dans le reste du monde. EASY RIDER Cette extension s'inscrit dans le même univers que Grand Theft Auto IV, abordant la même ville : Liberty City. Mais l’aventure est cette fois-ci centrée sur l'État d'Alderney, et contrairement à son prédécesseur, toute la carte est débloquée dès le début de l’aventure. Le gameplay est sensiblement le même, mais la différence la plus notable est évidemment que cette fois-ci, on incarne un nouveau protagoniste du nom de Johnny Klebitz (déjà apparu brièvement dans GTA IV), premier protagoniste juif d'un GTA (et probablement le seul) devenu leader d'un gang de motards nommé The Lost dans l'État d'Alderney. Johnny est aux antipodes des précédents chefs du gang, c'est une personne souhaitant s'éloigner de la violence et de la drogue se trouvant en plein milieu d'un conflit entre deux gangs de bikers rivaux, le nuisible retour de l'ancien leader William Grey, surnommé Billy, le forcera à faire des choix et protéger ceux à qui il tient vraiment. Le jeu jouit d'un scénario qui s'inscrit dans la maturité de Grand Theft Auto IV, qui avait déjà habitué le joueur à des personnages très bien développés. C'est cette fois-ci, l'occasion de montrer un tout autre visage de Liberty City, beaucoup plus "underground" et plus sombre encore. Après avoir vécu l'aventure du solitaire Niko Bellic dans GTA IV, changement de cadre pour le joueur : il est temps de jouer collectif. Nous sommes plongés dans cet univers de motards à travers une Amérique marquée par la violence et les abus en tous genres, entrant dans la vie d'une bande qui permettra d'offrir au joueur un sentiment de camaraderie. Enfourchez désormais votre bécane, faites chauffer les moteurs et voyagez en groupe à travers l'aventure américaine que vous propose la vie dans un gang. Le jeu Grand Theft Auto IV et ses extensions étant étroitement liés, Johnny Klebitz aura l'occasion de rencontrer à travers son périple le protagoniste Niko Bellic. Une idée qui fondera l'histoire même de Grand Theft Auto V puisque nous incarnons trois personnages à travers des histoires qui s'entremêlent. Cependant, des conflits ayant éclatés entre Rockstar Games et Michael Hollick, l’acteur donnant sa voix à Niko Bellic, à propos du salaire de ce dernier, les développeurs n’ont pas pu faire doubler une seule nouvelle ligne de dialogue pour le personnage de Niko, ils ont donc dû réutiliser des dialogues déjà enregistrés pour GTA IV, ce qui on l’imagine bien, a rendu compliquée la tâche des scénaristes. EFFET DE GROUPE Pour renforcer l'immersion et l'effet de groupe lors des différents trajets en mission, il a été mis en place un système de camaraderie. Lors d’un déplacement en moto, un symbole apparaîtra sur la route si vous êtes correctement regroupés avec votre bande, permettant de renforcer la confiance de celle-ci, débloquant des bonus de santé et des dialogues inédits. Par ailleurs, étant donné l'importance des deux roues dans la jouabilité et Johnny étant un motard talentueux, un soin tout particulier a été effectué sur celles-ci, supportant beaucoup mieux les impacts de balles, leur maniement a été amélioré afin de limiter les chutes et les rendre plus agréables à conduire. Contrairement à Niko, Johnny a déjà une certaine liste de contacts, votre répertoire est déjà rempli des membres du gang et vous pouvez les contacter pour vous faire livrer des armes, une moto ou encore demander des renforts, cette fois, vous êtes sur le devant de la scène. Le joueur, dans cet opus, aura également le tâche de protéger les membres pendant les combats armés, membres qui gagneront de l'expérience au fil des missions et qui deviendront logiquement plus efficaces. Globalement, le jeu propose aussi de nouveaux véhicules et évidemment de nouvelles motos, certaines étant exclusives. Rajoutant de nouvelles armes avec lesquelles on fera rapidement connaissance comme le lance-grenade où les bombes artisanales. De nouvelles musiques sont disponibles dans les radios du jeu ; les radios Liberty City Hardcore et Liberty Rock Radio, ambiance motard oblige, sont les deux radios avec le plus de nouveaux titres musicaux. Un nouveau talk-show orienté métal est également ajouté à la radio Liberty City Harcore, le présentateur n'est autre que Max Cavalera, ancien membre de Sepultura et membre actuel de Soulfly et Cavalera conspiracy. Ces différents ajouts ne changent pas forcément profondément le gameplay de base de Grand Theft Auto IV, mais ils permettent de renforcer l’immersion, le jeu nous faisant passer d’un protagoniste froid (Niko Bellic), qui ne cherche qu’à survivre dans ce monde qui lui est étranger à Johnny, qui veut à tout prix protéger ses frères d’armes les plus fidèles. MULTIJOUEURS Le multijoueur de The Lost And Damned reprend les base de celui de Grand Theft Auto IV : Tout d'abord, un mode libre où les joueurs peuvent s'amuser entre eux ou, à contrario, s'affronter, ainsi que différents modes de jeux pour une capacités de 16 joueurs sur consoles et 32 joueurs sur PC. Le jeu propose bien évidemment des courses et des affrontements mais s'offre aussi le luxe de quelques modes supplémentaires : « Le loup solitaire » où le joueur est seul contre tous, puis est remplacé par celui qui l'a tué, le « Chopper vs. Chopper », un joueur en moto qui doit survivre face à un hélicoptère ainsi que le « Police contre voleurs », vu sa dénomination, pas besoin d’explications supplémentaires. Le mode multijoueur offre un personnage pouvant être personnalisé, mais cela reste assez minime et anecdotique. LOST FOREVER Le jeu a particulièrement bien été accueilli par l'ensemble des critiques et rédactions, s'offrant globalement de très bonnes notes. Il offre et développe un nouvel univers au sein de la saga, mêlant drame et action dans un contexte de guerre entre motards finalement très peu exploité jusque-là. Dans l'ensemble, on peut penser que le jeu a été préparé autant pour son époque que pour le futur de la saga, le fait de se faire croiser différents protagonistes étant dans les tuyaux de Rockstar depuis GTA: San Andreas, l'idée s'est petit à petit développée au sein du studio et s'est en quelque sorte incarnée dans ces extensions ; pour finir par être vraiment exploitée dans Grand Theft Auto V. Grand Theft Auto : The Lost And Damned n’a pas été l’opus le plus vendu ni le plus marquant de la saga, il souffre des mêmes problèmes qui sont reprochés à GTA IV (ambiance trop sombre, pas assez fun, gameplay lent, etc), mais permet aux joueurs de découvrir un nouvel univers et de nouvelles mécaniques de jeu. Ceux-ci ont par la suite été réutilisés dans GTA Online et sa mise à jour « Motos, Boulots, Bobos » qui est finalement un gros clin d’œil à cette extension de Grand Theft Auto IV, ce qui avait ravit les plus nostalgiques d’entre nous. Brothers for life. Lost forever... GTA IV: THE LOST AND DAMNED EN BREF 2 ans de développement 50 millions de dollars de budget avec The Ballad of Gay Tony 3 millions d'exemplaires vendus au total avec le pack Episodes From Liberty City 3 plateformes accueillant le jeu (4 en comptant l'émulation) 90 sur Metacritic 2 villes, 4 arrondissements et 7 îles 128 personnages dont 18 personnages principaux Près de 1h30 de cinématiques 150 véhicules, dont 17 exclusifs à l'extension seule et 5 exclusifs au pack Episodes From Liberty City 24 armes, dont 5 exclusives à ce contenu téléchargeable et 1 exclusives à EFLC 19 stations de radio (plus 1 personnalisable sur PC), 194 morceaux et 8 programmes pour les talk show, dont 56 exclusifs à The Lost and Damned ; Episodes From Liberty City ajoute 3 stations de radio exclusives ainsi que 100 nouvelles musiques et chansons (dans le jeu d'origine, pour les deux) 22 missions principales 4 missions secondaires 6 mini-jeux 50 paquets cachés (mouettes) 5 succès et trophées 22 codes de triche, dont 6 exclusifs à TLAD Remix du thème de The Lost and Damned par Fethelous Et vous, quels souvenirs gardez-vous de GTA: The Lost and Damned ? Quelle virée à Liberty City et Alderney avec votre gang et quelle mission vous ont le plus marquées ? Quels éléments propres à cette extension souhaiteriez-vous revoir dans un futur GTA ? Dossier d'origine sur le jeu par Tarkoss, Isyanho, JeyM et KevFB.
  6. Comme à chaque nouvelle intervention de Take-Two Interactive ou Rockstar Games même, tous les yeux sont rivés sur le prochain opus tant attendu en 2025 : Grand Theft Auto VI. Heureusement pour les fans, la traditionnelle conférence téléphonique de Take-Two venant ponctuer chacun de ses trimestres financiers nous permet d'en apprendre un peu plus concernant les plans autour du jeu. En premier lieu, l'éditeur revient ce qui a fait grand bruit en cette fin d'année 2023 : la première bande-annonce du jeu. Entrée dans le Livre Guinness des records lors de son premier jour de diffusion, Take-Two confirme que la vidéo a cumulé 93 millions de visionnages sur la plateforme en 24 heures ! Le PDG Strauss Zelnick a ainsi déclaré à IGN avant la conférence téléphonique : « C'est incroyable. L'annonce de la bande-annonce fut une énorme nouvelle, et ensuite, nous avons été très satisfaits lorsque la bande-annonce a cassé Internet... Donc nous ne pourrions pas être plus heureux ou plus excités. » Pour information, la vidéo culmine désormais à plus de 174 millions de vues sur YouTube. Nul doute que cela a permis à la compagnie de Sam Houser d'étendre encore plus sa notoriété aux quatre coins du monde et d'envoyer un message fort à l'ensemble de l'industrie vidéoludique. L'éditeur s'est de plus exprimé sur la fuite de la bande-annonce (qui a forcé Rockstar à la mettre en ligne bien plus tôt que prévu), expliquant qu’il regrettait cet incident, mais que cela n'a pas impacté l'entreprise : « En termes de fuite, c'est toujours décevant pour l'équipe, mais au final, je ne pense pas que cela nous ait fait du mal. » Au-delà des chiffres, les joueurs sont naturellement plus qu'impatients d'en savoir plus sur la date de sortie. Sur ce point, Zelnick déclare : « Le studio vise la perfection et il sera temps de sortir le jeu quand nous estimerons qu'il sera irréprochable créativement parlant. Il existe une tension inhérente entre la recherche de la perfection et la mise sur le marché d'un jeu, cette entreprise penche plus du côté de la perfection. Les attentes autour de GTA VI sont beaucoup, beaucoup plus importantes que celles autour de GTA V à l'époque. D'un autre côté, vous savez, 195 millions d'unités vendues pour GTA V à ce jour, ce n'est pas à négliger. Nous nous garderons bien de faire des pronostics sur la réussite du jeu, mais il est clair que les attentes sont très élevées. » Le PDG de T2 a ensuite assuré aux investisseurs « être dans le même bateau » que le reste de l'entreprise, et que les développeurs et les dirigeants bénéficient tous deux d'incitations financières pour garantir que le développement ne s'éternise pas. Pour terminer, Strauss Zelnick annonce une année vaste, unique et révolutionnaire pour l'exercice 2025 : « Nous avons toujours géré Take-Two sur le long terme et nous avons une grande confiance dans notre pipeline révolutionnaire pour l'exercice 2025 et au-delà. » À noter d'ailleurs que, dans les documents rendus publics, le jeu est présent dans le tableau de sorties de l'éditeur pour les années fiscales 2025 et 2026 avec la mention Launching Calendar 2025 (soit l'année civile 2025 de manière globale), là où un jeu comme Tales of the Shire a une sortie prévue pour l'année fiscale 2025 (soit entre le 1er avril 2024 et le 31 mars 2025). GTA VI serait-il attendu après mars 2025 ? Pour le moment, rien ne permet de le dire, et l'absence de période de sortie (saison, trimestre ou semestre) entraîne évidemment son lot de spéculations. Il est d'ailleurs important de rappeler que les jeux de Rockstar ont généralement subi des reports. Pour GTAV d'ailleurs, T2 prévoyait en août 2012 une année fiscale 2013 importante avec le jeu (soit jusqu'au 31 mars 2013), mais celui est annoncé quelques mois plus tard pour le printemps 2013 avant d'être repoussé au mois de septembre, soit au-delà de ces prévisions. Liens : Take-Two Interactive et IGN
  7. Après avoir soufflé ses 5 bougies en octobre dernier, Red Dead Redemption 2 ne baisse pas les bras pour autant et continue son propre chemin au sein de l'industrie vidéoludique. Lors de la conférence téléphonique de Take-Two destinée aux investisseurs concernant le 3e trimestre de son année fiscale 2024 (du 1er octobre au 31 décembre 2023), nous apprenons que le dernier jeu solo en date de Rockstar Games s'est désormais écoulé à 61 millions d'exemplaires à travers le globe.   Ces nouveaux chiffres indique une hausse de 4 millions de copies par rapport au trimestre précédent.   Ainsi, en un peu plus de 5 ans, le jeu réalise l'exploit de devenir le 7e jeu le plus vendu de tous les temps, dépassant ainsi le célèbre jeu RPG de Bethesda, Skyrim, et ses 60 millions de copies vendus depuis son lancement en 2011, jeu qui par ailleurs est sorti sur une foule de plateformes depuis (Windows, PlayStation 3, Xbox 360, PlayStation 4, Xbox One, Nintendo Switch, PlayStation 5 et Xbox Series) contrairement aux aventures d'Arthur Morgan (PlayStation 4, Xbox One, Microsoft Windows, Stadia - plateforme ayant cessé d'exister l'an dernier -).   RDR2 se classe ainsi après Minecraft (300 millions d'unités écoulées), Grand Theft Auto V (195 millions), Tetris (100 millions), Wii Sports (83 millions), PUBG: Battlegrounds (75 millions) et Mario Kart 8/Deluxe (69 millions). Désormais, la série Red Dead (qui va fêter ses 20 ans en mai) compte 86 millions d'exemplaires vendus ; la sortie de Red Dead Redemption et son extension Undead Nightmare sur Playstation 4 et Nintendo Switch en août dernier semble d'ailleurs avoir trouvé son public avec 1 million d'unités écoulées. Lien : Take-Two Interactive
  8. Après 10 ans de règne au sein de l'industrie vidéoludique, Grand Theft Auto V semble tout bonnement indestructible et continue d'affoler les compteurs. Lors de son habituelle conférence téléphonique destinée aux investisseurs et axée ici sur les chiffres du 3e trimestre de son année fiscale 2024 (allant du 1er octobre au 31 décembre 2023), Take-Two Interactive a annoncé que le titre phare de Rockstar Games s'est écoulé à 195 millions d'exemplaires à travers le monde. Le dernier jeu solo en date de la série a ainsi accumulé 5 millions d'unités de plus qu'en novembre dernier, lors du précédent bilan trimestriel. En maintenant ce rythme, constant depuis plusieurs années, le jeu devrait aisément dépasser la barre symbolique des 200 millions d'unités écoulées au prochain trimestre et franchir ainsi un nouveau palier historique dans l'histoire des jeux vidéo. À ce jour, seul Minecraft a réussi cette performance (le jeu de Mojang culmine désormais à plus de 300 millions d'exemplaires vendus). Croissance des ventes de GTA V depuis sa sortie initiale en septembre 2013 Avec ces nouveaux chiffres, la franchise culte de Rockstar, en 26 ans d'existence, atteint désormais les 420 millions d'exemplaires vendus à travers le monde et se place 5e dans le classement des séries vidéoludiques les plus vendues, derrière Mario (832 millions), Tetris (495 millions), Pokémon (480 millions) et Call of Duty (425 millions). Comme toujours, GTAV représente la plus grosse part de ces chiffres (46,4 %). NOUVEAUX RECORDS POUR GTA ONLINE Concernant GTA Online (qui propulse notamment Grand Theft Auto V au sommet des ventes depuis de nombreuses années), Strauss Zelnick, le PDG de Take-Two, a déclaré que la dernière mise à jour « Casse de haut vol », sortie en décembre, avait permis au jeu d'atteindre son plus grand nombre d'utilisateurs actifs depuis des années ainsi que la plus forte augmentation jamais réalisée de nouveaux comptes sur la plateforme. D'ailleurs, la bande-annonce de son lancement culmine désormais à 25 millions de vues, un véritable record, qui profite probablement aussi du regain de popularité de la compagnie et de la franchise avec la diffusion de la première bande-annonce du très attendu Grand Theft Auto VI le 5 décembre dernier. De plus, selon Zelnick, les dépenses de consommation via l'abonnement GTA+ sont « particulièrement en hausse » et permettent au service premium de se développer rapidement, lui qui a continué à s'étoffer l'an dernier en proposant des bonus en dehors de GTA Online (notamment la possibilité de jouer à d'autres jeux de Rockstar sans coût supplémentaire). Lien : Take-Two Interactive
  9. Après avoir été longuement repoussées, les versions mobiles de GTA: The Trilogy - The Definitive Edition débarquaient enfin le 14 décembre dernier, notamment en partenariat avec la célèbre plateforme de streaming Netflix. Si la nouvelle était pour le moins inattendue, la stratégie semblerait avoir porté ses fruits puisque que lors d'une récente réunion avec ces actionnaires, le groupe a annoncé que la trilogie avait atteint les 18 millions de téléchargements sur mobile, soit, le lancement de jeu le plus réussi à ce jour. Concernant les chiffres exacts, GTA: San Andreas semble toujours aussi populaire puisqu'il représente 11,6 millions de téléchargements ; en détails, 9,1 millions de téléchargements sur iOS et 2,6 millions sur Android. GTA: Vice City représente lui 4,1 millions de téléchargements, dont 3,1 millions sur iOS et environ 900 000 sur Android. Et enfin, Grand Theft Auto III complète le podium avec 2,4 millions de téléchargements (1,7 million sur iOS et environ 700 000 sur Android). Top 10 des jeux les plus téléchargés à ce jour sur le service de Netflix L'influence positive de GTA: The Trilogy - The Definitive Edition sur l'ensemble des téléchargements Comme vous pouvez le constater sur le graphique ci-dessus, la trilogie semble également avoir eu une influence très positive sur les téléchargements généraux depuis la création du service en août 2021, passant de 10 à 28 millions de jeux téléchargés entre le mois de novembre et décembre. Dans une lettre adressée aux actionnaires, Netflix déclare la trilogie Grand Theft Auto est « le lancement le plus réussi de Netflix à ce jour en termes d'installations et d'engagement », ajoutant que certains consommateurs se sont inscrits à Netflix « simplement pour jouer à ces jeux. » Lien : Mobilegamer
  10. Maintenant que Grand Theft Auto VI est attendu pour 2025 et que la première bande-annonce a été dévoilée le 5 décembre dernier, l'actualité autour du titre devrait s'accélérer tout au long des prochains mois jusqu'à la date de sortie. Alors que l'année 2024 vient de commencer, nous apprenons qu'un célèbre chanteur, rappeur et compositeur américain travaillerait en collaboration avec Rockstar Games sur le titre tant attendu. Connu dans l'industrie musicale depuis des décennies pour avoir notamment popularisé l'Auto-Tune (le fait de modifier sa voix avec un logiciel) sous le pseudonyme de T-Pain, Faheem Rasheed Najm est né en Floride et a conquis toute une génération en collaborant avec des artistes du monde entier. Également streamer sur Twitch, T-Pain jouait souvent sur le serveur NoPixel - célèbre serveur RP pour Grand Theft Auto V - depuis 2021. Cependant, celui-ci n'étant plus présent sur la plateforme depuis un moment, c'est dans un livestream diffusé sur les réseaux sociaux que le chanteur a vendu la mèche. En effet, évoquant la raison de son absence pour répondre à un fan (séquence disponible sur Twitter/X), il déclare : « J'étais sur NoPixel, puis j'ai commencé à travailler sur GTA VI, et ils m'ont dit que je ne pouvais plus faire de RP parce que ça allait à l'encontre de... Ils ont fait tout un discours, genre "Et si quelqu'un prenait ton album et le réenregistrait, et que plus de gens l'écoutaient ?", et je me suis dit "Ok, je comprends un peu ça, mais je m'amusais bien. Ok, tant pis." J'ai commencé à travailler sur le jeu avec eux, puis ils ont fait équipe avec les gens qui font le roleplay, et je me suis dit : "Attendez une minute, quoi ? Quoi puta** ? Vous me dites que je ne peux pas faire ces trucs et vous vous associez aux gens qui permettent le RP ?" » T-Pain fait référence au fait que la compagnie de Sam Houser a fait l'acquisition cet été de Cfx.re, connu pour ses serveurs de roleplay et de créations en tout genre FiveM et RedM pour les versions PC de GTAV et Red Dead Redemption 2. Le chanteur semble toutefois prendre la nouvelle avec légèreté. Tout porte à croire donc que le RP occupera une place un peu plus importante dans ce prochain opus ou bien dans la prochaine version de GTA Online. Quant à T-Pain, incarne-t-il son propre personnage (comme cela semble être le cas pour Peggy Gou et Rod Wave ; voir notre analyse du trailer #1) et/ou sera-t-il impliqué dans la bande-son de GTA VI ? Affaire à suivre. Lien : @AkademiksTV (Twitter/X)
  11. Qui a-t-il de plus efficace qu'un logo identifiable au premier coup d'oeil ? Si Rockstar Games a su se démarquer en souhaitant dès le départ proposer des jeux ambitieux, le label new-yorkais a également développé sa propre identité en créant le célèbre logo au R étoilé jaune et noir, devenu une véritable marque de qualité depuis 1998. À l'occasion des 25 ans de la compagnie de Sam Houser en ce mois de décembre 2023, nous vous proposons un retour sur l'origine de ce logo emblématique. FORCE DE CARACTÈRE Plusieurs noms ont circulé au fil des années concernant l'origine de ce logo ; du graphiste new-yorkais Eric Haze à l'ancien artiste de la firme Jeremy Blake (cité dans le livre de David Kushner, Jacked : L'histoire officieuse de Grand Theft Auto), l'information n'a jamais été confirmé, du moins jusqu'à récemment. En 1998, la société BMG Interactive (branche vidéoludique du major du disque allemand, qui a édité le tout premier jeu Grand Theft Auto l'année précédente) est rachetée par Take-Two Interactive, convaincu notamment par Sam Houser de la première entreprise. L'éditeur lui donne alors carte blanche pour créer un nouveau label de jeu vidéo : Rockstar Games (ce qu'il fera avec son frère Dan ainsi que Terry Donovan, Jamie King et Gary Foreman). Pour développer la marque, la compagnie a besoin d'un logo qui représente ses valeurs. Minimaliste, dynamique et lumineux, le logo est proprement similaire à celui d'une équipe sportive populaire. Composé d'un carré jaune aux bords arrondis, d'un fin contour noir et d'une élégante police de caractère sans empattement qui forme un R gras et incliné (emprunté de la police de caractère Neue Helvetica Pro 86 Heavy Italic), une étoile à cinq branches vient se glisser en dessous de la lettre, symbolisant alors le prestige de la marque. Les couleurs jaune et noir forment un symbole d'énergie et de dynamisme, reflétant l'esprit gagnant et progressiste de la marque tout en valorisant les innovations. Le jaune représente plus généralement l'amitié et la communication, permettant de relier les personnes et créer des moments de bonheur. La simplicité du logo le rend à la fois moderne et tape à l'œil, synonyme de qualité immédiate. L'étoile elle, représente le haut statut, la lumière et la connaissance. Pour garantir symboliquement son exportation à travers le monde, la compagnie lui attribue des couleurs différentes selon la fonction et l'emplacement géographique de chaque division. POSTE À POURVOIR Karen Scott et Jeremy Blake, ex-designers chez Rockstar Games Le 14 avril dernier, Time Extension révèle s'être entretenu avec Karen Scott (anciennement designeuse chez Rockstar de 1998 à 2000) concernant la création du célèbre logo. Dans un premier temps, nous apprenons qu'il a été le fruit d'une collaboration entre Scott et l'un des designers du studio précédemment cité, Jeremy Blake : « C'était il y a longtemps, je veux dire, c'était il y a plus de 25 ans... Nous étions à Nicholson à New York, qui se trouve en fait dans le Puck Building, et je l'ai rencontré. Nous étions assis l'un à côté de l'autre alors qu'il travaillait avec Theresa Duncan à l'époque (conceptrice de jeux vidéo notamment, décédée en 2007). Je pense que nous avions environ 25 ans. Très jeune. Un de nos contrats était pour le Metropolitan Museum of Art et à l'époque, cela dépassait tellement le budget que nous avons perdu beaucoup de clients et nous avons eu une série de licenciements. » Sam Houser rencontre alors Jeremy Blake lors d'une de ces expositions et les deux hommes se découvrent une passion commune : le cinéma, et notamment les films de Stanley Kubrick. Dès lors, Sam lui propose de travailler pour lui et l'invite à rejoindre la compagnie, ce qu'il accepte. De fil en aiguille, Blake présente directement Karen Scott aux fondateurs et lui permet à son retour de rejoindre le label, bien que celui-ci soit toujours au début de son développement. « Personne ne savait qui nous étions. Nous avions un si petit budget, ce qui est drôle d'y penser maintenant car il a un peu explosé. Quand nous sommes arrivés là-bas, nous travaillions littéralement dans le bureau le plus placardé que vous pouvez imaginer. Je me souviens qu'à un moment donné, il n'y avait même pas de bureau. Il y avait comme une boîte en carton et je devais travailler dessus. Nous n'étions peut-être que sept, dont les fondateurs du studio, Jamie King était là, Gary Foreman, Sam et Dan Houser et Terry Donovan. ». TOUCHER LES ÉTOILES Lorsque Karen arrive dans la compagnie, celle-ci n'a toujours pas de nom. Cependant, Blake et Scott sont chargés de trouver et designer un logo, de préférence lumineux et qui peut s'adapter à un système d'autocollants. Car oui, le label a un plan : déposer des autocollants du logo dans l'espace public (poteaux, murs, bancs, etc.) afin de développer et de populariser la marque. « C'était la première idée : ok, ça doit devenir un autocollant » se souvient-elle. « Ce doit être un autocollant et il doit avoir la colle que vous ne pouvez pas décoller du tout. Même si vous essayez. Donc, la conception est fait de telle sorte qu'une fois que vous le coller, vous aurez beau le gratter encore et encore, vous ne pouvez pas l'enlever. Du coup, le facteur de forme du logo réel a été pris en compte, ce qui donne ces arrondis sur les bords. Ensuite, le R est Helvetica Neue, et l'or ou l'or jaunâtre est en fait quelque chose qui rappelle les années 70, presque comme les premiers logos Kodak et les choses qui avaient le même genre d'ambiance qui faisait vraiment partie des débuts de la musique Rockabilly. » « Quand je regarde le logo, pour moi, ça vient vraiment de Jeremy. En termes d'exécution, de support et de "Faisons en sorte que ça fonctionne dans tous les cas : si c'est petit, si c'est grand..." ça aurait plutôt été moi. Mais en termes de simplicité et de design, je ne peux pas dire que c'est mon esthétique. Cela ressemble vraiment beaucoup à Jeremy quand je le regarde. C'est difficile à décrire. Au travail, il était super. » Karen Scott et Jeremy Blake quittent Rockstar en 2000. Karen pars à Seattle pour travailler chez Palazzo Creative (une agence de service marketing numérique, social et mobile) tandis que Jeremy continue de créer et exposer ses œuvres. Il finit par revenir travailler en freelance au sein du studio jusqu'à son décès en 2007, laissant derrière lui un logo emblématique qui continue encore aujourd'hui, à susciter l'excitation des joueurs. Lien : Time Extension
  12. Entre le premier trailer de Grand Theft Auto VI (qui a désormais dépassé les 150 millions de vues sur YouTube et dont vous pouvez retrouver notre analyse complète) et la traditionnelle mise à jour festive de GTA Online, cette fin d'année 2023 aura été des plus fournis pour l'ensemble de la communauté. Désormais, nous abordons 2024 avec beaucoup d'attentes et d'intérêt envers le prochain épisode de la saga et à ce titre, les fans poursuivent sans relâche leurs recherches pour dénicher la moindre information. Récemment, un membre de GTAForums semble avoir retrouvé une actrice correspondant au personnage de Lucia : Ana Esposito. Bien qu'elle ne soit pas physiquement le portrait exact du personnage que nous apercevons dans la bande-annonce (comme bon nombre des principaux protagonistes des jeux de la firme), en plus d'être hispanique, forcé de constater qu'il existe une certaine ressemblance en ce qui concerne la forme et les traits du visage (sourcils, yeux, nez, lèvres), la posture, le regard et surtout le timbre de voix quasi similaire à celui de la bande-annonce (voir la vidéo). Ana Esposito / Lucia dans GTA VI Concernant son parcours professionnel, actrice et productrice selon IMDB, Ana Esposito est née au Brésil et quitte sa carrière dans la mode pour devenir actrice à New-York (où elle y réside toujours). Apparaissant ces dernières années surtout dans des vidéos en ligne ou en tant que voix off dans des podcasts audio, ce n'est que très récemment, en 2023, qu'elle apparaît dans la série Law & Order (connu sous le nom de New York, police judiciaire en France), tout comme ce fut le cas pour Steven Ogg, Ned Luke et Roger Clark à l'époque, qui incarnent respectivement Trevor et Michael dans Grand Theft Auto V et Arthur Morgan dans Red Dead Redemption 2. De plus, comme ce qui semble correspondre à ce que recherche la compagnie de Sam Houser pour incarner ses différents personnages depuis l'univers HD, elle ne semble pas connue du grand public. Pour l'heure, ces réseaux sociaux ne semblent pas être actifs que ce soit sur Instagram (où son compte est privé) ou Twitter/X où les dernières discussions remontent à 2010. Pour autant, nous ne manquerons pas de rester attentifs en ce qui concerne l'actualité de cette première candidate. Manni L. Perez / Lucia dans GTA VI La seconde candidate est une certaine Manni L. Perez, repérée par RebelScumLeia sur GTAForums toujours. En premier lieu, ce qui est frappant également, c'est sa ressemblance avec le personnage de Lucia que ce soit par les traits de son visage ou le teint de sa peau. De plus, sa voix semble parfaitement correspondre (voix de Lucia dans la bande-annonce et voix de Manni L. Perez). Sur son site officiel, elle est décrite comme une actrice primée basée à New York et comme la candidate précédente, elle apparaît également dans la série New York : Unité spéciale mais aussi dans Chicago Police Department, The Blacklist, Blindspot, ou encore Jessica Jones de Marvel/Netflix. Coïncidence ou non, son personnage dans la série East New York s'appelle également Lucia [Santiago] comme vous pouvez le constater dans cette séquence vidéo. Sur son CV consultable en ligne, nous pouvons constater qu'elle a déjà travaillé pour Rockstar Games en tant que doubleuse dans Grand Theft Auto V et vous n'êtes pas sans savoir qu'un certain Shawn Fonteno avait lui aussi fait du doublage dans San Andreas avant d'être embauché pour incarner Franklin, un des trois personnages jouables du précédent opus. Mais par ailleurs, pour une raison qui nous échappe et comme nous pouvons le voir dans les archives, son CV a été modifié par le passé puisque la mention "Des années d'expériences en captures de mouvements" a été effacé. Selon d'autres recherches, sa voix apparaîtrait également dans des fichiers audio (que vous pouvez télécharger) du casino de GTA V/GTA Online. Une fois de plus, la voix semble parfaitement correspondre. Enfin, dans une interview pour Hollywood Times en 2020, elle décrit la prochaine étape de sa carrière en ces termes : « J'ai des projets en vue. Il y en a dont je ne peux pas parler en raison des NDA. J'ai fait beaucoup de Motion Capture et j'ADORE ça. Si vous êtes un acteur et que vous lisez ceci, je vous suggère fortement de le faire ». Dans une autre interview accordée à DJ Echo en 2021, elle évoque de nouveau un grand projet dont elle ne peut pas parler car elle serait sous NDA. Dans une autre interview accordée à Spotlight en 2022, elle dit avoir orienté sa carrière vers la voix off et la capture de mouvements, de quoi alimenter toutes les spéculations... Liens : GTAForums (1) et (2)
  13. En plus de notre propre analyse du premier trailer de Grand Theft Auto VI, de la réaction à celui-ci d'un ancien développeur de chez Rockstar ainsi que, évidemment, tous les décryptages effectués par l'ensemble des fansites et fans (sur X/Twitter et YouTube notamment), Digital Foundry a passé au peigne fin toutes les séquences de la vidéo pour effectuer son propre avis. Nous vous proposons sous leur vidéo les principales informations à tirer de leur analyse objective et purement technique, comme ils en ont l'habitude : La bande-annonce semble tourner avec une résolution sous-native (1440p) et peut-être avec une mise à l'échelle de résolution dynamique. Il y a de fortes chances que GTA VI fonctionne à 30 FPS en raison de la taille de la carte et du grand nombre de technologies utilisées. Les experts estiment que les consoles disposent d'une réserve pour un mode à 40 FPS mais cela pourrait être compliqué sur Xbox Series S en raison du niveau de la RAM. Graphiquement, 80 % du trailer tournerait bien en temps réel. La seule partie qui pourrait être remise en question concerne les vidéos verticales issues des réseaux sociaux fictifs, qui pourraient ainsi être des versions pré-rendues ou soumises à un post-traitement très lourd, donnant cet aspect très authentique. Selon eux, concernant la lumière, Grand Theft Auto VI utilise deux fonctionnalités de ray-tracing haut de gamme : l'éclairage global et les reflets. Pour ce premier point, le ray-tracing est utilisé pour travailler plus précisément la façon dont la lumière rebondit dans un environnement donné, particulièrement dans les zones intérieures avec un fort éclairage extérieur arrivant dans cet espace. Le jeu contient un éclairage naturel et convaincant. Cela ajoute également de la cohérence : les personnages et les objets sont parfaitement situés dans une scène donnée, par opposition aux effets lumineux ou flottants généralement observés dans les solutions de rastérisation standard (procédé consistant à convertir une image vectorielle en une image matricielle destinée à être affichée sur un écran). En définitive, il est possible que Rockstar utilise un mélange hybride de solutions logicielles et de matériels accélérés. Les spécialistes ont été impressionnés par le rendu des cheveux qui est très coûteux en termes de calcul. Ici, la technologie semble fonctionner pour tous les styles de cheveux. Le rendu des personnages principaux et PNJ est capable de fournir des coiffures très détaillés pour n'importe quelle forme, taille ou origine ethnique. Lien : Digital Foundry (YouTube)
  14.   Si la première bande-annonce de Grand Theft Auto VI a permis à Rockstar Games d'enregistrer de nombreux records, (actuellement 122 millions de vues), la chanson utilisée dans celle-ci a également bénéficier de cette exposition hors norme.   Pour rappel, le morceau utilisé est une chanson du chanteur floridien Tom Petty datant de 1989, intitulée Love Is A Long Road. Depuis que le trailer a été rendu public dans la nuit de lundi à mardi, Spotify a déclaré à BBC Newsbeat que le taux d'écoute pour ce titre a augmenté de 36 979 % (!) par rapport à la même période la semaine dernière.     Pour rappel, les proches de Tom Petty (mort en 2017) avaient déclaré sur X/Twitter : « Tom a adoré contribuer à Grand Theft Auto: San Andreas avec Runnin' Down A Dream, c'est donc un honneur que Love Is A Long Road soit présente dans la première bande-annonce de Grand Theft Auto VI de Rockstar Games. #PettyForever » Rockstar Games avait repris ensuite le hashtag sur X/Twitter ; ce slogan est d'ailleurs visible sur un autocollant présent sur la porte d'entrée du commerce que Lucia et Jason braque à la fin de la bande-annonce.   Lien : BBC
  15.   À l'heure où la première bande-annonce de Grand Theft Auto VI bat de nombreux records, dépassant désormais la barre symbolique des 100 millions de vues sur YouTube, les réactions sont naturellement multipliées sur la Toile. Parmi elles, celle d'un certain Mike York, ancien animateur chez Rockstar New England qui a travaillé sur Grand Theft Auto V et Red Dead Redemption 2 avant de quitter l'entreprise en 2017. Dans une vidéo postée sur sa propre chaîne YouTube, Mike visionne le trailer et donne son avis sur les premières images dévoilées par la compagnie de Sam Houser.   Il revient tout d'abord sur son expérience au sein du label de jeux vidéo : « Je suis allé travailler chez Rockstar parce que j'adorerais leurs jeux. J'ai joué à GTA: Vice City tous les jours pendant des années, j'adorais ce jeu donc c'était vraiment un honneur, une passion et un privilège de travailler sur GTA V. Quand j'ai travaillé sur le jeu, je savais que ça allait être quelque chose de spécial. » « Pendant que vous travaillez sur différentes cinématiques dans les scènes du jeu en tant qu'animateur, vous pouvez simplement vous en faire une idée. Tout le monde ne sait pas encore que le jeu va être si cool, et c'est ce qu'ils ressentent en ce moment chez Rockstar. Si vous regardez la façon dont Rockstar fait les choses, ce n'est pas seulement une ville plus grande. Il y a plus de monde, il y a plus de voitures, il y a plus de plantes, il y a plus d'animaux, il y a plus de cheveux sur chaque personnage. Tout a été retravaillé, développé et repoussé. » Mike York met les pieds dans le plat et l'affirme, tout ce que nous voyons dans le jeu reflète ce que verront les joueurs à la sortie du titre en 2025 : « Il s'agit de cinématiques in-game. Beaucoup de jeux sont réalisés à l'aide de cinématiques, avec une scène qui ne se déroule pas entièrement dans le jeu. C'est une sorte de pré-rendu que l'on voit. Mais tout ce que vous voyez dans un jeu GTA est réalisé dans le jeu. Chaque scène. Si vous voyez ce bâtiment tout au fond, vous pouvez y aller, vous pouvez y grimper, vous pouvez y sauter. Ce jeu est très élaboré. C'est pour cela qu'il prend autant de temps à réaliser. » Il ajoute par ailleurs que la compagnie a travaillé sur des centaines de milliers d'animations pour les jeux précédents dans le but de dépasser les attentes des joueurs. Dans ce premier aperçu, la scène de la plage où des dizaines de PNJ vaquent à leurs occupations pour rendre le monde du jeu plus vivant en est un véritable témoin : « On ne sait jamais ce que le personnage ou le joueur va faire dans le jeu... Donc vous devez en quelque sorte adapter le joueur à toutes ces animations distinctes. »  Pour terminer, il se dit impressionné par les graphismes et l'attention portée aux détails : « Je suis vraiment impressionné par l'évolution des graphismes dans le jeu. Souvent, on voit des cinématiques, mais ce n'est pas le cas ici. Lorsque vous jouerez à ce jeu, il ressemblera vraiment à ceci. Il va ressembler au trailer. Ce sera incroyable. J'ai hâte d'y être. Les artistes là-bas savent vraiment comment pousser les consoles et le matériel à leurs limites avec leur niveau de détail. » Lien : Chaîne YouTube de Mike York