Liberty City King

Membre
  • Compteur de contenus

    16
  • Inscription

  • Dernière visite

Réputation sur la communauté

1 Réputation

À propos de Liberty City King

  • Rang
    Newbie
  • Date de naissance 15/09/1972

Informations de profil

  • Sexe
    Masculin
  • Localisation
    Le printemps et l'été à San fierro, l'automne et l'hiver à Liberty City
  • Loisirs
    Gérer The Hercule's et Maisonette 9, récupérer et retaper la boîte du défunt Jizzy à San Fierro, un petit poker chez Woozie au Four Dragons Casino, m'entraîner avec Brucie, racheter à Niko son super penthouse de Liberty City, envoyer du fric à la mama et gérer les crises de Tony.
  • GTA favori
    GTA San Andreas
  1. Un petit sujet sur les deux boîtes de nuit de Tony dans TBOGT. Un point qui m'a pas mal déçu pour un add-on que j'aime énormément pourtant.   Maisonette 9 est encore assez sympa, avec salon VIP et un espace assez vaste, sans oublier une "surveillante de caméras" assez coquine... Un club plutôt sélect, pour membres uniquement, où l'on peut croiser Yusuf mais aussi Roman et Brucie et on y rencontre également ce taré de Bulgarin. Deux autres Maisonette existent, à Londres et Las Venturas semble-t-il. Mais quand on fait la mission au Bahama Mamas on tombe des nues. A côté de cette boîte, Maisonette 9 fait vraiment figure de boom de collège dans un garage... Face à une telle concurrence, on comprend que l'empire de Tony se casse la gueule... Quant au Hercules, là c'est plus un garage, c'est un placard à balais, avec en plus des clients quasiment tous semblables. C'est pourtant là que Bernie (anciennement Florian) de GTA IV aurait rencontré son amoureux d'homme politique honteux. Pour info, on entend parler du Hercules sur radio Integrity avec un invité racontant qu'il adore ce club et l'animateur qui pense que c'est un club de gym ou un endroit pour hétéros...   M'enfin bon, c'est quand-même pas terrible, même le Malibu club de Vice City avait plus de gueule. Alors bien sûr, c'est un add-on, il ne peut pas être aussi développé qu'un GTA "normal". Mais le monde de la nuit est quand-même la base de cet opus, je trouve dommage que Rockstar, à mon avis, ait négligé ces deux endroits.   Mais bon, la musique y est bonne, c'est le principal !  
  2. De mon côté, j'ai enfin terminé The Lost and Damned que j'avais jamais fini et j'ai eu confirmation de ma première impression : pas terrible. Du coup, je me suis refais TBOGT dans la foulée, histoire de retrouver le sourire.   Sinon, j'ai eu une monstrueuse période Skyrim, disques additionnels compris. Autrement, je suis un bon client pour les City Builders, (Vous savez, les jeux historiques où l'on commence avec des ressources et un terrain vierge et où il faut bâtir sa ville, nourrir ses habitants, les distraire, les protéger...). Dans ce domaine, quelques valeurs sûres comme Imperium Romanum, Cesar IV, Civcity Rome, The Settlers, Anno 1404... même si ça date un peu. Mass effect III et Max Payne III aussi, de temps en temps.
  3. Je l'attends sur PC également, j'évite de trop regarder les vidéos ou les images... 'Suis curieux de voir s'il détrônera GTA San Andreas pour moi... En attendant, je me suis refait TBOGT, c'était vraiment cool. Je me refairais bien un p'tit coup de San Andreas, mais les graphismes et le gameplay, là franchement, ça pique les yeux...
  4. Ben pour moi, c'est un montage fait maison (c'est de l'artisanal... enfin, de l'amateur plutôt...) comme pour ma signature. Pour l'avatar, c'est Luis Lopez avec une vue nocturne de Time Square Star Junction, derrière.   @ xXTurkish69Xx : un GTA à Istanbul ? J'arrive ! Tony, fais les valises brother, on s'en va ! D'un autre côté, cette ville est trop belle, ça me rendrait malade d'y mettre le boxon...
  5. Au quartier général de la police de Las Venturas, au fond des douches, on peut trouver un... godemiché. Et le prendre comme matraque. Il se passe de drôles de choses chez les flics de Las Venturas...   Dans le même goût (c'est le cas de le dire), les employés des Cluckin' bell portent un T-Shirt sur lequel il est inscrit "Taste the cock", ce qui peut se traduire par "Goûtez au coq (ou au poulet)". Mais quand on sait que Cock en argot désigne un sexe masculin, le sens n'est plus tout à fait le même...   Sur l'autoroute proche de Groove Street, à Los Santos, on trouve un immense panneau publicitaire pour la boisson Sprunk avec une demoiselle bouche ouverte et yeux fermés, sous-titrée du slogan " A taste of things to come" qui peut signifier, en gros, "un goût d'avenir". Au cours d'une mission, la voiture qu'on conduit passe à travers le panneau et en arrache un bout, ce qui laisse "A taste of come", autrement dit, "Un goût de sperme"... Sans parler du 69 inscrit sur les pistes de tous les aéroports de San Andreas.   Pour en revenir à nos amis flics, prenez une voiture de police et entrez dans le garage d'un commissariat. Descendez et regardez autour de vous, vous verrez probablement deux flics en train de tabasser un mec dans un coin...
  6. Une bande-son qui tue, un générique à se flinguer et des radios à se tirer des balles (Si c'est pas le cas, rassurez-vous, d'autres s'en chargeront...) La musique est clairement le point fort de cet opus. Pour moi, Fever, Flash FM, Emotion et surtout Wave. Two tribes de Francky goes to Hollywood ou Atomic de Blondie en roulant à fond le long du bord de mer dans une voiture de sport, à la nuit tombée... Rhaaaa...
  7. Salut à toi et bienvenue !
  8. En général, ma musique tourne autour : - De la musique "black" : Aretha Franklin, Gill Scott-Heron, Nina Simone, Marvin Gaye... - Du style rock : David Bowie, Queen, Tina Turner, Elton John des débuts, U2 des débuts, Chris Réa... - Du Disco et de la Funk (la bonne vieille funk des années 80, écoutez FEVER sur Vice City, vous comprendrez...)   Evidemment, j'ai découvert beaucoup de morceaux avec cette machine à tubes qu'est GTA. Je me suis donc fait une petite play-list GTA que je mets en radio quand je joue et sur mon lecteur MP3 dans la vie de tous les jours. En gros :   - Street kids, Elton John - Somebody up there like me, David Bowie - Some kind of wonderful, Grand Funk Railroad - Get down, Humble pie - Fascination, David Bowie - Run to you, Brian Adams - Evil woman, ELO Et tant d'autres...   Venant de me refaire TBOGT, j'ai découvert la radio K109 qui regorge de pépites disco (Avant, j'écoutais quasiment toujours Vice City FM). Je vais donc me faire une petite play-list disco...   Enfin, j'ai eu jusqu'à recemment une sévère période Skeletons de Stevie Wonder, je sais pas pourquoi...
  9. Merci tout le monde, c'est cool !
  10. Pour les points positifs : Une grande claque dans la gueule pour les graphismes, les ombres et lumières, les reflets sur l'eau, les personnages tous différents... Et le gameplay ! Fini les personnages qui s'envolent quand on les percute ! Le sang sur les vêtements quand on se fait tirer dessus, le réalisme quand on pique une bagnole (regarder à droite et gauche, casser la vitre, bricoler les fils...), la démarche du héros... Dingue ! Le téléphone portable est sympa, surtout pour cette innovation géniale : apeller des potes pour une virée. Là, j'applaudis à deux mains et avec les deux pieds. Très cool également : pouvoir prendre un taxi. Très utile surtout quand on vient, au bout de 10 essais, de terminer une mission, qu'on a plus qu'un tout petit peu de vie qui clignote en rouge et qu'il faut se taper la moitié de la ville pour rejoindre sa planque et enregistrer sa partie... En plus, à l'intérieur du taxi, on peut demander au chauffeur de changer la radio, on peut regarder par la fenêtre... Génial. En parlant de radio, quand on vient de finir une mission, un braquage par exemple, on en entend parler à la radio dans le prochain véhicule qu'on prend, c'est super réaliste. Niveau divertissements, le bowling est sympa, le cabaret et le café-théâtre aussi et Niko bourré est poilant. Au niveau de l'histoire, pouvoir croiser Luis, Tony et Johnny est fantastique, l'histoire des diamants est un incroyable fil rouge qui relie tous ces personnages. Très fort !   Pour les points négatifs : Tout le fun de GTA San Andreas a disparu... On se retrouve dans une histoire sombre et froide et, en dehors des missions principales, il faut bien le reconnaître : on s'emm... un peu (beaucoup). Le brave Niko est bien gentil, mais plutôt réfrigérant et charismatique comme une porte de prison. Après CJ, sorte de grand gamin cool, j'ai eu un peu de mal avec Niko. Ses amis sont à l'unisson, pas spécialement joyeux, excepté Brucie, le plus sympa pour moi. Côté personnalisation, rageant de ne pouvoir envoyer Niko chez le coiffeur ou de le doter d'un chouette collier de barbe taillé nickel par un pro. Les fringues Perséus sont superbes, mais viennent un peu tard. L'histoire reste sombre, froide. Après l'humour décapant et le fun ensoleillé de San Andreas, ça surprend beaucoup. La végétation manque par moments, un peu de campagne aux alentours de Liberty City aurait fait du bien. Pour les stations de radio, j'ai pas accroché, à part Liberty Rock.   Au final, un sacré opus quand-même, qui tourne une page.
  11. Comme tout le monde : l'ambiance 80's unique et la musique qui va avec. Entièrement d'accord avec CarlVercetti : le Malibu Club, c'était autre chose que Maisonette 9... Pas étonnant que les affaires de Tony se cassent la gueule, faut qu'on fasse quelque chose... Peut-être racheter la boîte de Jizzy à San Fierro maintenant que CJ l'a buté...
  12. GTA San Andreas, comme tout le monde (Lol !) Bon, pas facile de faire court...   - Un état entier, trois villes très typées, des montagnes, des forêts, des rivières, le désert, des heures et des heures de virée dans des paysages magnifiques. - Trop de trucs à faire, accrochez-vous (Je vais en oublier de toutes façons) : billard, gym, coiffeur, tatouages, fringues, bouffe, casinos, courses, VTT, parachute, copines, prendre le train, l'avion, les missions ambulance, flics, taxis, s'entraîner au tir dans un Ammunation, jouer aux bornes d'arcade, danser en boîte, faire des livraisons, des cambriolages, gérer ses propriétés, apprendre à piloter... Impossible de tout résumer. Un univers entier et tout plein d'occupations à n'en plus finir, du fun, de l'éclate, jamais d'ennui. - Un héros super attachant, CJ, qui garde toujours un côté naïf et gamin, du genre "Oh m..., pourquoi ça n'arrive qu'à moi ce genre de truc ?" - Des persos géniaux : Woozie, César, Kindle, Truth, Mad Dog, Zero et tous les autres. - Et surtout, une solide histoire, réaliste, crédible. Le conflit entre les deux frangins, celui qui reste accroché à son quartier, qui n'envisage pas d'autre avenir quitte à y rester et celui qui veut s'en sortir, qui veut faire quelque chose de sa vie et qui y arrive. Et entre eux, la mort de leur mère et surtout celle de leur cadet, Brian, qui flotte comme un mauvais souvenir.   Pourtant, le côté gangsta ne m'a jamais attiré, mais là, c'est trop bien fait. Du fun, de l'humour, des personnages attachants et des possibilités à n'en plus finir. Même si aujourd'hui, les graphismes et le gameplay piquent les yeux, ça reste incontournable. Je pense même pas l'avoir terminé à 100%. Même si GTA V se révèle peut-être meilleur, GTA San Andreas reste définitivement à part.
  13. Difficile de répondre, tellement de possibilités... En ville, un petit billard et un tour à la salle de sport. Mais la majeure partie du temps, se balader dans la campagne, surtout du côté d'Angel Pine ou, à l'opposé, de Palomino Creek. Je me fais ma musique à moi pour la radio, CJ récupère une belle bagnole et on part en virée tous les deux. Pour le côté "Je me la pête", aller d'une ville à l'autre en jet.
  14. Pas accroché des masses à cet épisode... Faut dire que j'ai fait The Ballad of Gay Tony avant, donc... Déjà, le côté biker ne me branche pas des masses, d'autant plus que dans tous les GTA, j'ai toujours plus de mal à rouler en moto qu'en bagnole, je sais pas pourquoi. Un épisode assez "froid", comme GTA IV, loin du fun, de l'humour et de l'éclate de TBOGT, un héros sympa mais pas très charismatique, des missions qui se ressemblent un peu, une (ex) copine pas franchement attirante, pas de fringues (Quoique pour Luis Lopez, c'est pas le nirvana non plus)... Bref, un épisode loin de m'avoir emballé, peut-être trop glauque, pas assez fun quelque part. Et puis, je trouve que Liberty City ne va pas avec un gang de bikers, je verrais plutôt ça à Los Santos...
  15. Je viens de le refaire pour le plaisir, alors autant commencer par là. Mon préféré après GTA San Andreas. Si The Lost and Damned ne m'a pas emballé des masses, celui-là m'a rendu fou... De manière générale, il est plus fun, avec plus d'humour et une touche de disco et de glamour qui rapelle Vice City. Après un GTA IV un peu triste et froid comparé à San Andreas, voilà un opus où l'on s'amuse, où l'on s'éclate. Et puis, les personnages... Rockstar n'a pas peur de ruer dans les brancards et nous offre un duo inattendu, avec le macho hispanique hétéro à 100% et le gay névrosé en pleine déglingue. Et ça marche ! The Ballad of Gay Tony, c'est avant tout une solide amitié entre deux opposés, une amitié qui tient, malgré les problèmes, les engueulades, les désaccords... Luis résume tout dans la dernière mission :"C'est toi et moi contre le reste du monde et si t'es plus capable de faire fonctionner ton cerveau, alors je prendrai les décisions pour nous deux". Certains dialogues entre les deux sont poilants, principalement quand ils suivent le ravisseur de Gracie en hélico. Et puis, il y a Yusuf, barge, déjanté, lourdingue, mais attachant et qui devient un ami sincère. Autant Niko Bellic m'a paru charismatique comme une porte de prison, autant les persos de cet opus m'ont réjoui. Un regret ? Oui, trop court. (Et j'aurais adoré que cet épisode se passe à San Fierro...)